Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

RDC analyses

Quelle dynamique de la paix en RDC pour le Conseil de sécurité ?

Jean N'Saka wa N'Saka

2009-05-22, Numéro 101

http://pambazuka.org/fr/category/DRCanalysis/56532

Bookmark and Share

Format imprimable

There is 1 comment on this article.


En tournée comme d'habitude dans quelques pays africains, les membres d'une délégation du Conseil de sécurité ont fait une escale de 48 heures en RDC. D'abord à Goma lundi (Ndlr : 18 mai), ensuite mardi à Kinshasa. Selon leur programme communiqué à la presse mercredi passé par le porte-parole de la Monuc, Madnodje Mounoubai, les ambassadeurs de l'Onu devaient :
1/ prendre la température de la situation en RDC ;
2/ évaluer le processus de paix dans la région des Grands Lacs ;
3/ explorer les voies et moyens pour renforcer la dynamique de la paix ;
4/ s'informer des opérations militaires menées à l'Est ;
5/ renforcer l'Etat de droit.
Ils étaient conduits par le représentant de France, Maurice Rippert.

Un programme séduisant selon toute vraisemblance, mais le contenu contraste étrangement avec les réalités que vit la RDC depuis que ce pays est doté de nouvelles institutions issues du processus électoral financé et supervisé du début à la fin par la Communauté internationale, en l'occurrence le Conseil de sécurité et l'Union européenne. Les animateurs de ces institutions eux-mêmes n'en disconviennent pas, puisqu'ils sont parfaitement conscients des problèmes politiques, économiques, sociaux, sécuritaires, diplomatiques, judiciaires, très complexes auxquels ils sont confrontés.

Tous ces problèmes menacent sérieusement l'indépendance du pays, sa souveraineté, son intégrité territoriale, ainsi que la sécurité des personnes et de leurs biens. Les diplomates de l'Onu aussi les connaissent et en sont conscients. Les rapports de la Monuc dont le Secrétaire général de l'Onu fait régulièrement la synthèse au Conseil de sécurité, et ceux parallèles des organisations internationales de défense des droits de l'homme, sont accablants et horribles concernant la situation générale en RDC.

L'indépendance du pays, la souveraineté nationale et l'intégrité territoriale pâtissent des caprices de certains pays voisins avides d'étendre leur espace vital ; des aventures guerrières des groupes rebelles étrangers ; de l'envahissement des parties du territoire par des pasteurs étrangers avec leurs troupeaux en quête de pâturages. Les libertés et droits civiques sont en régression selon des rapports des Ong tant internationales que nationales. La séparation des pouvoirs dans le fonctionnement des institutions tarde à se révéler palpable.

La reconstruction et le développement sont toujours sur le papier. La récession mondiale due à la crise financière qui frappe de plein fouet les pays nantis du système capitaliste a bon dos et sert d'alibi pour déguiser les déficiences chroniques en matière de gestion des ressources nationales. Les dirigeants ne sont guère pressés de se comporter en bons pères de famille, en considération de leurs charges publiques qu'ils sont censés assumer dans l'intérêt du commun des citoyens. Sur les 178 pays les plus pauvres de la planète, la RDC est classée la lanterne rouge. Le transport, l'eau et le courant sont devenus des problèmes sociaux insolubles quotidiennement à Kinshasa. Que dire de l'intérieur devenu pareil à un ensemble d'agglomérations rurales anachroniques, ou de villages d'une époque paléontologique ? Un pays qui n'existerait plus que de nom. Sans vie normale, condamné à basculer dans un gouffre insondable.

On est fondé, finalement, à se demander quel modèle de démocratie et quel chef-d'oeuvre d'Etat de droit ont-ils été instaurés après plus de 40 ans considérés comme de ténèbres de la dictature obscurantiste et abrutissante du peuple, par la communauté internationale représentée par le Conseil de sécurité et l'Union européenne ? Ce n'est pas par hasard que les diplomates de l'Onu ont atterri d'abord à Goma plutôt qu'à Kinshasa, la capitale et le siège des institutions.

Le Nord-Kivu est l'échantillon illustratif du contraste frappant et dramatique de l'absence de paix et de sécurité en RDC. Ils en ont sans doute pris la température.

Echec d'un processus

L'évaluation qui s'imposait et à laquelle ils devraient procéder était celle des conséquences fâcheuses ou heureuses du processus électoral, par rapport aux années antérieures à ce processus. Jamais ce pays n'a été aussi affaibli, tourné en dérision et proche du néant qu'aujourd'hui. On s'interroge sur la dynamique de la paix que la délégation du Conseil de sécurité était tenue renforcer. On s'interroge sur la nature réelle de l'Etat de droit qu'elle était venue renforcer.

Cette situation pénible et indescriptible que connaît le pays, n'est pas le contraire du sort que lui réservait un agenda caché des commanditaires du processus politique et électoral, dont les travaux d'approche amorcés avec le dialogue intercongolais en Afrique du Sud, étaient entrés dans leur première phase de mise en train dans la transition avec la formule 1+4. Le Comité international d'accompagnement de la transition (C.I.A.T.), composé en majorité d'ambassadeurs occidentaux et présidé par W. Swing patron de la Monuc, qui représentait la Communauté internationale, en l'occurrence le Conseil de sécurité et de l'Union européenne, avait mission de garantir le respect de l'Accord global et inclusif, ainsi que la concrétisation des 5 objectifs essentiels assignés à la transition pour déblayer le terrain.

Ces objectifs fondamentaux assignés à la transition étaient notamment :
1/ la pacification du pays et le rétablissement de l'autorité de l'Etat sur l'ensemble du territoire national ;
2/ la réconciliation nationale ;
3/ la formation d'une armée nationale restructurée et intégrée ;
4/ l'organisation des élections libres et transparentes à tous les niveaux, permettant la mise en place d'un régime constitutionnellement démocratique, etc.

Le Conseil de sécurité et l'Union européenne avaient préféré et encouragé, par le truchement des diplomates du Comité international d'accompagnement de la transition (C.I.A.T.), l'organisation des élections vaille que vaille sans que les objectifs essentiels aient été réalisés alors qu'ils en avaient le pouvoir et les moyens. Des objectifs dont la matérialisation devait jeter les fondements d'une démocratie et d'un Etat de droit dont le pays était en panne depuis plusieurs décennies.

Tous les problèmes qui surgissent et se compliquent, de nature à compromettre la cohésion nationale et l'intégrité territoriale, sont dus à la mauvaise volonté qu'on avait affichée pour s'acquitter des objectifs primordiaux qui étaient assignés à la transition. Les élections sont finalement apparues comme le remède pire que le mal. On était étonné que les membres du Conseil de sécurité aient fait une escale en RDC de 48 heures, soi-disant pour explorer les voies et moyens susceptibles de renforcer la dynamique de la paix et l'Etat de droit.

Comment pouvaient-ils trouver, selon le contenu de leur programme, que la paix et l'Etat de droit qui devaient être pourtant des résultats concrets et manifestes du modèle et du chef-d'oeuvre du processus politique et électoral qu'ils avaient assumé, seraient encore chancelants et mériteraient d'être consolidés, alors que le système est à mi-chemin de son mandat ? Ils étaient de passage en RDC pour prendre la température du gâchis découlant d'un travail bâclé sous leurs auspices. Et ils sont répartis comme ils étaient venus.

Quels voies et moyens peut-on encore imaginer pour réaliser ce qu'on avait sciemment négligé de faire pendant la transition, si ce n'est le retour à la case départ ? Mais ils n'ont pas le courage de faire amende honorable et réparer le mal qu'ils ont fait.

* Jean N'Saka wa N'Saka est un journaliste indépendant - cette analyse est publiée dans le quotidien Le Phare.

* Veuillez envoyer vos commentaires à editor@pambazuka.org ou commentez en ligne sur www.pambazuka.org



Commentaires sur

Let your voice be heard. Comment on this article.

Merci pour cet article très intéressant. Ce que j'aimerais savoir, c'est quels sont vos sources notamment les rapports et le classement des pays les plus pauvres. Je fais actuellement une recherche de rapports qui démontre que la situation politique et militaire est instable, et pas uniquement au kivu. J'ai uniquement trouvé un rapport américain.
Votre aide me serait précieuse. Merci à vous

Anne-Sophie Ledos




↑ haut de page

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/