Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Commentaires & analyses

A qui profite l'or du Burkina ?

Maurice Oudet

2011-10-11, Numéro 208

http://pambazuka.org/fr/category/comment/77023

Bookmark and Share

Format imprimable

There is 1 comment on this article.


cc Wikimedia
« Je crois que le Burkina est en train d’entrer dans le cercle des pays producteurs d’or », a déclaré, Salif Kaboré le ministre burkinabè des Mines, des Carrières et de l’Énergie, au dans une interview accordé à « Le Pays », quotidien d'information burkinabè. Dans cet interview le ministre donne plusieurs informations intéressantes. Mais plusieurs questions restent en suspens.

Le ministre bukinabé des Mines en a fait la révélation : « nous avons produit 24 tonnes et demi en 2010 ; si nos objectifs se réalisaient, nous atteindront environ 27 tonnes en 2011. Cela veut dire que quelque part, la production d’or prend de l’ampleur. L’or est devenu le premier produit d’exportation. En 2010, les sociétés minières ont versé à l’État environ 440 milliards de FCFA. L’or contribue à hauteur de 7,28 % au niveau du PIB (Produit intérieur brut). Il y a aussi des perspectives d’ouverture de nouveaux sites miniers dans notre pays ».

A priori, c'est une bonne nouvelle pour le Burkina. Surtout si on met cela en perspective. D'après l'atlas du Burkina Faso (Éditions Jeune Afrique) de 2001 de 1996 à 1999 la production d'or au Burkina tournait autour de 1 tonne par an, et l'or valait beaucoup moins moins qu'aujourd'hui.

Ces dernières années la production d'or est en croissance rapide : 5 tonnes en 2008, 11,6 tonnes en 2009, 25,6 tonnes en 2010, et donc 27 tonnes en 2011. Mais d'autres annoncent 33,7 tonnes pour cette même année 2011, et 40 tonnes en 2012. A cela il faut ajouter que la valeur de l'or à été multiplié par 3,5 depuis les années 2000-2004, et par 2 depuis 2008. C'est dire qu'en devise la progression est très forte. Si les sociétés minières ont versé à l’État 440 milliards de FCFA en 2010, on peut espérer 600 milliards en 2012.

Il est intéressant de comparer ces chiffres aux montants des derniers budgets du Burkina. A savoir :
- 2009 : 919 milliards de FCFA
- 2010 : 891 milliards de FCFA / 2011 : 1 002 milliards de FCFA. C'est dire qu'avec, en principe, si le prix de l'or se maintient assez haut, le gouvernement aura ne nouvelles possibilités dans les prochaines années.

A QUI VA PROFITER CET OR ?

La question reste posée. On aurait pu penser que pour commencer (et pour éviter des catastrophes pour l'environnement) le réseau routier allait être le premier bénéficiaire, au moins pour les routes qu'empruntent les camions remplis de cyanure en provenance du Ghana. Or le 29 juillet dernier un camions de 40 tonnes de cyanure s'est renversé et a pollué le barrage de Djibo. Dans la presse burkinabè, on peut lire : « on le sait, le mauvais état du barrage de Djibo explique cette chute de l’un des camions qui transportait 40 000 tonnes de cyanure pour la mine d’or d’Inata. »

Il y a quelques années quand le coton « se portait bien », le réseau des pistes rurales des régions cotonnières en a profité. Il est difficile de comprendre pourquoi l'argent de l'or ne profite pas au réseau routier qu'emprunte les camions de cyanure qui vont ravitailler les mines du Burkina pour les sécuriser.

Ce n'est pas tout. « Le reporter » une publication burkinabè spécialisé dans les enquêtes et reportages vient de publier le résultat de leur enquête sur ce qui s'est passé en 2009 dans le village de Kouna, de la commune de Markoye, près de la mine d'or d'Ekkassane. Cette mine est actuellement exploitée par la société IAMGOLD. Mais en 2008 cette société était en phase de construction. Mais elle a trouvé sur place des déchets encombrants (laissé par les sociétés minières qui ont exploité le site avant l'IAMGOLD). Elle a interrogé l'État sur « la question des déchets de la CEMOB (c'est ainsi que l'on appelait la montagne – colline - qui abritait les déchets). Devant le silence de l'état, la société a renvoyé le gardien et quelques semaines après, elle a fait raser le lieu. » Et quelques mois plus tard, 198 bœufs, 231 moutons, 321 chèvres et un chameau (chiffres de la Direction provinciale de l'élevage) sont mort d'une maladie mystérieuse. …/... Aujourd'hui, à la question : « d'où viennent les métaux lourds qui ont empoisonné le barrage de Kouna provoquant la mort de centaines d'animaux ? » des sources (qui souhaitent rester anonymes) au sein du ministère de l’Énergie et des Mines sont formelles : la société IAMGOLD a fait déverser les déchets qu'elle a trouvés à Essakane dans la « brousse » de Markoye.
Est-ce parce que les éleveurs n'ont pas manifesté (avec violences) à Ouagadougou que ces éleveurs n'ont pas encore été indemnisés ?
L'or du Burkina fera-t-il le bonheurs des uns et le malheurs des autres ?
Tout espoir n'est pas perdu. Le pire n'est jamais sûr !



* Maurice Oudet
 est président du SEDELAN

* Veuillez envoyer vos commentaires à editor@pambazuka.org ou commentez en ligne sur Pambazuka News


Commentaires sur

Let your voice be heard. Comment on this article.

Way to use the internet to help pelope solve problems!

Shirley




↑ haut de page

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/