Abonner!

Abonner gratuitement!



DONNEZ!

Pambazuka Press

La verite cover La vérité aux puissants
Une sélection de cartes postales panafricaines

Tajudeen Abdul-Raheem

La mort prématurée du Dr Tajudeen Abdul-Raheem, le jour de la commémoration de la Libération de l'Afrique 2009, a frappé de stupeur le monde panafricain. Cette sélection de cartes postales panafricaines montre quel brillant orfèvre des mots il fut.

Visiter Pambazuka Press

PUBLIÉ PAR FAHAMU

FahamuPambazuka News (Pambazuka signifie levez-vous ou réveillez-vous en Kiswahili) est un outil pour le changement social progressif en Afrique. Pambazuka News est produit par Fahamu, une organisation qui utilise les technologies de la communication et de l’information pour couvrir les besoins des organismes et des mouvements sociaux qui aspirent à un changement social progressif.

Surveillance de l’UA

Ce site a été établi par Fahamu dans le but de réguliérement fournir des informations sur ce qui se passe au sein de l’Union Africaine. Dans l’immédiat, nous téléchargerons réguliérement des informations depuis le sommet de Khartoum à partir du 26 janvier 2006.
Visitez le site de Surveillance de l'Union

Pambazuka Press

Food Rebellions! Food Rebellions! Crisis and the hunger for justice Eric Holt-Giménez & Raj Patel.

Food Rebellions! takes a deep look at the world food crisis and its impact on the global South and under-served communities in the industrial North. While most governments and multilateral organisations offer short-term solutions based on proximate causes, authors Eric Holt-Giménez and Raj Patel unpack the planet's environmentally and economically vulnerable food systems to reveal the root causes of the crisis.

Visit Pambazuka Press

DONNEZ POUR QUE SURVIVE PAMBAZUKA !

Aidez les abonnés africains à recevoir Pambazuka News gratuitement : chaque $5.00 assurent un abonnement d’un an, alors donnez généreusement pour faire en sorte que le meilleur bulletin sur la justice sociale d’Afrique parvienne là ou l’on en a besoin.

Droits humains

RSS Feed

Afrique : Invisibilité de l’apatridie

2014-07-20, Numéro 334

Au moins 750 000 personnes sont apatrides en Afrique de l'Ouest. C'est ce que révèle le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés qui appelle les gouvernements à faire davantage d'efforts dans l'attribution ou la reconnaissance de nationalité pour les personnes apatrides, ainsi que dans l'amélioration des législations nationales, afin d'éviter les cas d'apatridie. L'apatridie peut empêcher l'accès aux soins de santé, à l'éducation ou à toute autre forme de sécurité sociale. Dans le cas des enfants qui sont séparés de leur famille lors de situations d'urgence, l'absence de papiers d'identité officiels peut entraîner leur mariage, leur entrée sur le marché du travail ou leur enrôlement dans les forces armées avant l'âge légal.

Afrique du sud : Desmond Tutu en faveur du suicide assisté

2014-07-20, Numéro 334

Le révérend anglican sud-africain Desmond Tutu s'est trouvé un nouveau cheval de bataille : dans un article paru dans The Observer, le révérend anglican sud-africain s'est ainsi déclaré en faveur du suicide assisté. Son article, et la franchise dont il fait preuve, tombe à point pour les partisans du suicide assisté en Grande-Bretagne : les Lords débattent une proposition de loi visant à légaliser cette pratique chez les adultes atteints de maladies incurables.

Afrique du Sud : Création de davantage de tribunaux pour les infractions sexuelles

2014-07-20, Numéro 334

L'Afrique du Sud mettra en place 12 autres tribunaux pour les infractions sexuelles pour lutter contre la violence sexuelle, a déclaré le ministre de la Justice et des Services correctionnels Michael. Quelque 22 tribunaux du genre ont été établis l'année dernière. M. Masutha a rappelé que le gouvernement voulait établir 106 tribunaux pour les infractions sexuelles en 10 ans. Ces tribunaux, a souligné le ministre, permettraient au gouvernement d'offrir des services spécialisés d'aide aux victimes, d'améliorer l'efficacité des témoins dans l'exécution de leur rôle dans la cour; de réduire le temps d'exécution dans la conclusion des questions de délits sexuels et d'améliorer les taux de condamnation.

Egypte : 7 hommes condamnés à la prison à vie pour des agressions sexuelles

2014-07-20, Numéro 334

Sept hommes ont été condamnés mercredi 16 juillet à la prison à vie pour des agressions sexuelles dans un verdict sans précédent en Egypte où les autorités se disent déterminées à lutter contre la fléau de la violence sexuelle dont la quasi-totalité des femmes s'estiment victimes. Ce phénomène s'est largement aggravé depuis la révolte de 2011 qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir, des dizaines de femmes égyptiennes et étrangères ayant été prises pour cibles dans des rassemblements, notamment sur l'emblématique place Tahrir au Caire. Outre les sept condamnations à la prison à vie, le tribunal a infligé à deux autres accusés 20 ans de détention.

Rd Congo : Une coalition de l'opposition veut voir Kabila à la CPI

2014-07-20, Numéro 334

Après avoir demandé le départ de Joseph Kabila, la coalition des forces politiques et sociales de l’opposition, qui rassemble plusieurs partis dont l'Union pour la démocratie et le progrès social et l'Union pour la nation congolaise de Vital Kamerhe, veut que le président congolais soit traduit devant la Cour pénale internationale pour crime contre l’humanité. La pétition qui a été publiée rend responsable le chef de l'État du massacre des adeptes de la secte Bundu dia Kongo, des exécutions extrajudiciaires des présumés Kuluna (des hors-la-loi), de la disparition des officiers originaires de la province de l’Equateur, de l’assassinat des journalistes et activistes des droits de l’homme.

Rwanda : L'inquiétude grandit suite à la disparition d'un opposant

2014-07-20, Numéro 334

Au Rwanda, les dirigeants du Parti démocratique vert ont rencontré mercredi 16 juillet le ministre de la Sécurité intérieure pour lui faire part de leurs préoccupations quant à la disparition de l'un de leurs cadres. Le secrétaire en charge de l'organisation, Jean-Damascène Munyeshyaka, était à Nyamata dans le Bugesera, le 27 juin dernier, pour organiser une activité politique. Il a reçu un coup de fil, selon les membres de son parti, il était inquiet mais s'est quand même rendu au rendez-vous et sa famille n'a plus de nouvelles depuis. La police a affirmé ne pas le détenir et lancé des investigations. Des investigations jugées trop lentes par le Parti démocratique vert alors que du côté du département d'Etat américain, on se dit très inquiet de cette disparition.

Sénégal : Wade prépare depuis Paris le procès de la dynastie Faye-Sall

2014-07-20, Numéro 334

A quelques jours de l’ouverture du procès de son fils, le Président Abdoulaye Wade multiplie les audiences dans la capitale française. Selon des sources proches du « Pape du Sopi », ce dernier a rencontré plusieurs avocats ainsi que des associations de Droits de l’homme. Des personnalités françaises ainsi que des membres de l’Internationale libérale ont aussi été reçues par le président Wade. A en croire un membre très influent de son entourage, le président Wade prépare l’opinion internationale contre les dérapages qui émaillent le dossier de son fils ainsi que la parodie de procès qui doit s’ouvrir le 31 juillet prochain.

Soudan : Interdiction de construire de nouvelles églises

2014-07-20, Numéro 334

Au Soudan, le gouvernement a décidé d’interdire la construction de nouvelles églises dans le pays, en raison de la diminution de la communauté chrétienne. Cette nouvelle, annoncée le 13 juillet par le ministère soudanais des Affaires religieuses, n’a pas manqué de susciter de vives réactions. Selon le ministre chargé des Affaires religieuses, la communauté chrétienne s’est considérablement réduite après la sécession du Soudan du Sud. Aussitôt après la décision de bloquer tout permis de construction d’une église, le secrétaire général du Conseil des Eglises du Soudan (Scc), Kori El Ramli, a exprimé son désaccord via les ondes d’une radio locale.

Afrique : Le Bénin plaide pour l'abolition de la peine de mort dans les pays africains

2014-07-06, Numéro 332

Le ministre béninois des Affaires étrangères et de l'Intégration africaine, Nassirou Arifari Bako, a appelé mercredi 3 juillet les pays africains, où la peine de mort est encore en vigueur, à déployer des efforts pour parvenir à sa suppression et à sa substitution par des sanctions plus adéquates qui tiennent compte des valeurs humanistes et progressistes. Selon la Commission Africaine des droits de l'Homme et des peuples, 16 Etats africains ont aboli la peine de mort, 23 sont abolitionnistes de fait, et 17 ont voté en faveur de la résolution des Nations Unies appelant les Etats à instituer un moratoire sur les exécutions en vue d'abolir la peine de mort adoptée le 21 décembre 2010.

Afrique du Sud : 8 policiers exclus de la police

2014-07-06, Numéro 332

Huit policiers sud-africains ont été exclus définitivement de la police pour la mort d'un chauffeur de taxi mozambicain dont l'interpellation avait scandalisé le monde entier, une vidéo montrant la victime traînée derrière leur fourgon de service, a annoncé vendredi 4 juillet leur hiérarchie. Leur procès pour meurtre reprendra le 15 février 2015, a précisé la police nationale sud-africaine dans un communiqué.

Afrique du Sud: Le vice-président convoqué par la commission d'enquête

2014-07-06, Numéro 332

Le vice-président sud-africain, Cyril Ramaphosa, va témoigner devant la commission d'enquête de Marikana à la fin du mois. L'enquête porte sur le massacre de 34 mineurs par la police lors d'une manifestation illégale à Marikana, en août 2012. La commission doit déterminer s'il s'agissait de légitime défense, si la police a surréagi, voire s'il y avait intention de mater les grévistes. En tout cas, Cyril Ramaphosa, qui a été mis en cause dans cette fusillade, va devoir s'expliquer. Au centre de la controverse : des échanges de courriers électroniques entre Cyril Ramaphosa, le ministre de la police de l'époque, et des dirigeants de Lonmin, la compagnie minière pour laquelle travaillaient les grévistes.

Egypte : Le chef des Frères musulmans et 36 islamistes condamnés à la perpétuité

2014-07-06, Numéro 332

Un tribunal égyptien a condamné samedi 5 juillet le chef des Frères musulmans et 36 islamistes à la prison à perpétuité pour une manifestation violente peu après la destitution il y a un an du président Mohamed Morsi, issu de la confrérie désormais interdite. Parmi les condamnés à la perpétuité figurent un haut dirigeant des Frères musulmans, Mohamed al-Beltagui, le prédicateur islamiste Safwat Hegazy, deux anciens ministres de M. Morsi et deux anciens membres du Parlement appartenant aux Frères musulmans. Le Guide suprême Mohamed Badie, en prison et poursuivi dans de multiples affaires comme la quasi-totalité de la direction de son mouvement islamiste, a lui-même déjà été condamné à mort dans deux autres procès, également pour des manifestations violentes.

Erythrée : Une plainte pour crime contre l’humanité en Suède vise le président

2014-07-06, Numéro 332

Un cabinet d’avocats suédois a indiqué avoir déposé à Stockholm une plainte pour crime contre l’humanité à l’encontre des dirigeants de l’Erythrée, dont le président Issaias Afeworki. La plainte est la première de ce type en Suède, étant déposée le jour de l’introduction du crime contre l’humanité dans le code pénal suédois. La Suède comptait 12.800 Érythréens en 2013, et ils sont de plus en plus nombreux à chercher à s’installer dans ce pays qui leur accorde généralement l’asile politique.

Gambie : Adhésion aux Conventions relatives au statut des apatrides

2014-07-06, Numéro 332

La Gambie a finalement adhéré aux Conventions de 1954 et de 1961 relatives au statut des apatrides. C’était à l’occasion d’une cérémonie spéciale des traités organisée à Genève.
 Selon un communiqué du Hcr, l’adhésion des Etats à ces deux conventions est une étape cruciale pour l’élimination de l’apatridie.
En Gambie, la loi sur la nationalité est strictement basée sur le jus sanguinis. « Selon la Constitution, seuls les enfants nés de parents gambiens peuvent acquérir la nationalité à la naissance. Ce régime juridique fait encourir des risques d'apatridie aux personnes qui éprouvent des difficultés à établir leur filiation », indique le document. Un enfant né en Gambie de parents apatrides perpétue à son tour une situation d’apatridie, laquelle peut donc s’étendre à plusieurs générations.


Afrique : Le Nigeria demande le rapatriement des bébés importés au Niger

2014-07-06, Numéro 332

L’affaire dite des bébés importés place le Niger sous les feux de la rampe. Au plan national comme international, un tel sujet domine l’actualité. S’exprimant sur les ondes d’une radio étrangère au sujet de ladite affaire, un haut responsable politique du Nigeria s’est dit très indigné d’apprendre que des responsables politiques de haut niveau au Niger seraient impliqués dans l’achat de ces bébés. Ce dernier estime qu’en plus des poursuites judiciaires contre les auteurs et leurs complices, qui sont normales, l’Etat Fédéral du Nigeria doit demander dans les meilleurs délais le rapatriement des bébés importés au Niger. Nul ne peut donner avec exactitude le nombre des bébés importés au Niger depuis le début de ce trafic.

Madagascar : L’abolition de la peine de mort réclamée

2014-07-06, Numéro 332

Qu’est-ce qui a incité les députés malgaches à réclamer subitement l’abolition de la peine de mort ? Probablement les remarques de la presse sur les actes de certains députés Mapar, lors de l’affaire récente des constructions illicites à Ankadimbahoaka. Le «propriétaire» du lotissement ayant envoyé sur place des huissiers et des éléments des forces de l’ordre pour procéder aux démolitions, les députés semblaient monter les «victimes» contre ces représentants de la force publique. La presse a alors fait observer que ce genre d’action, qualifié de «rébellion», tombe sous le coup de la loi et est passible de la peine de mort…

Mali : Pourquoi le Sénégal n’extradera pas ATT

2014-07-06, Numéro 332

Il y a quelques mois, le gouvernement malien annonçait avec tambours et trompettes sa décision de lancer des poursuites pénales contre l’ancien président ATT, renversé à la suite du coup d’Etat militaire du 22 mars 2014 et coupable à ses yeux de haute trahison. Cette annonce spectaculaire, qui a immédiatement suscité un vif émoi au Mali et ailleurs dans le monde, sera suivie d’une autre, celle du lancement d’un mandat d’arrêt international contre le président renversé à l’issue du coup d’Etat militaire et la saisine du gouvernement du Sénégal, pays d’accueil de l’ancien chef de l’Etat malien, d’une demande d’extradition. Toutefois, de sources bien informées, les autorités sénégalaises n’auraient toujours pas été officiellement saisies du moindre mandat d’arrêt délivré contre le président déchu, encore moins d’une demande d’extradition.

Mali : Vers l’abandon de la mise en accusation ATT

2014-07-06, Numéro 332

Depuis sa mise en place formelle le jeudi 27 mars 2014 par l’Assemblée nationale, la Haute Cour de justice qui devait, le cas échéant, juger l’ancien président de la République, Amadou Toumani Touré, peine à voir concrètement le jour. Les efforts du président de cette institution, l’honorable Abderrahmane Niang, pour trouver des locaux pouvant l’abriter sont restés, infructueux pour le moment. Le gouvernement, qui devait faire diligence pour rendre la Haute Cour de justice opérationnelle, semble avoir d’autres priorités.

Maroc : Ces musulmans qui refusent de jeûner

2014-07-06, Numéro 332

Comme chaque année, des milliers de Marocains, Algériens et Tunisiens ont décidé de ne pas jeûner durant le mois de Ramadan, par rébellion ou par conviction. Au Maroc, l’article 222 du code pénal marocain interdit aux Marocains de rompre publiquement le jeûne durant le mois de Ramadan, et ce, que vous soyez croyant ou non, au risque d’être arrêté. Pourtant dans certaines provinces du royaume, tout particulièrement dans le sud, on se soucie peu de jeûner pendant le Ramadan. Tout comme en Tunisie, il faudra s’isoler pour déjeuner. Il existe toutefois un mouvement qui défend le droit de ne pas jeûner durant ce mois sacré chez les musulmans : "Masayminch" (nous ne jeûnons pas, ndlr), créé en 2012 par le Mouvement alternatif pour les libertés individuelles.

Niger : Un leader politique bientôt devant les juges pour l’affaire de ‘’bébés importés du Nigéria’’

2014-07-06, Numéro 332

Le président du Lumana/Fa, Hama Amadou, traverse actuellement une période noire avec cette affaire de ‘’bébés importés du Nigéria’’ dans laquelle sa seconde épouse est impliquée. De toutes les personnes impliquées dans cette affaire, Hama Amadou est celui qui risque le plus, car si jamais les faits reprochés aux présumés coupables étaient constitués, ceux-ci encourraient, selon le Procureur de la République-adjoint, deux à huit ans d’emprisonnement. Mieux, pour Hama Amadou, c’en serait terminé de ses ambitions politiques, notamment présidentielles, puisque, non seulement, pendant les échéances électorales de 2016, au pire des cas, il serait en prison, mais en plus, il aurait un casier judiciaire chargé qui l’empêcherait de prendre part à toute élection.

Rwanda : 30 ans de prison confirmée contre l’ex-chef de l’armée

2014-07-06, Numéro 332

Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (Tpir) a confirmé en appel la condamnation à 30 ans de prison de l’ancien chef de l’armée rwandaise, le général Augustin Bizimungu, pour son implication dans le génocide de 1994. Le général Bizimungu est l’un des principaux responsables jugés par le Tpir. Le tribunal, basé à Arusha, a été créé par l’Onu en novembre 1994 pour juger les responsables du génocide au Rwanda. Le tribunal a conclu que le général Bizimungu avait prononcé un discours incitant aux massacres de Tutsi le 7 avril 1994 dans la commune de Mukingo. Par ailleurs, il n’avait pas pris de mesures pour prévenir les crimes perpétrés par ses subordonnés.

Rwanda : Vers la levée du secret défense en France ?

2014-07-06, Numéro 332

Ex-ministre de la Défense, François Léotard veut que soient déclassifiés des documents sur l'action de la France au Rwanda de 1990 à 1994. C'est une première. Jusqu'à présent, aucun responsable politique de l'époque n'avait souhaité s'exprimer sur le rôle de la France durant le massacre des Tutsis au Rwanda. Mais François Léotard, ministre de la Défense responsable de l'opération Turquoise au Rwanda en 1994, est désormais prêt à faire toute la lumière : "Je suis disposé à ce que tous les documents soient publiés." François Léotard a aussi expliqué : "Je n'ai aucun regret par rapport à l'opération Turquoise. On a choisi le camp des représentants légaux du Rwanda, soit 84 % de la population. Nous ne soutenions pas un homme, mais un principe de stabilité. On ne voulait pas mettre le feu à toute la région des Grands Lacs." L'ancien ministre a même indiqué à plusieurs reprises refuser de présenter ses excuses. Mais l'intervention de François Léotard n'a pas convaincu les associations de défense des victimes.

Sénégal : Les mille et une attentes des Tchadiens et des victimes d’Hissène Habré

2014-07-06, Numéro 332

Les attentes des Tchadiens ou des victimes du régime d'Habré sont immenses. Pour l'expert en communication et membre du consortium de sensibilisation sur les Chambres africaines extraordinaires Franck Petit, les Tchadiens souhaitent que justice soit faite. Après plusieurs échanges avec les populations, l'expert a pu constater que celles-ci veulent que justice soit faite. «On ne sent pas un désir de vengeance. Mais ils veulent que justice soit faite. On veut qu'un procès ait lieu et que les anciens membres de la Direction de la documentation et de la sécurité (Dds) quittent le pouvoir», a-t-il expliqué.

Angola : Une entreprise brésilienne accusée d'esclavagisme ?

2014-06-22, Numéro 331

Des poursuites ont été engagées contre Odebrecht, une grande entreprise brésilienne accusée de maintenir dans un état d'esclavage 500 travailleurs brésiliens en Angola. La compagnie, qui aurait acheminé des ouvriers brésiliens vers un site angolais en cours de construction, est accusée de «trafic d'êtres humains». Le procureur brésilien à l'origine de la plainte demande 500 millions de Réals (la monnaie brésilienne) de compensation pour les travailleurs. La compagnie a indiqué qu'elle ne répondrait aux accusations qu'après avoir été officiellement instruite sur les actions en justice engagées à son encontre. C’est la plus importante société de construction d'Amérique latine. Fondée en 1941, elle opère aujourd'hui dans divers secteurs tels que la pétrochimie, les armes et l'agrobusiness. Premier employeur privé d'Angola, elle est implantée dans le pays depuis 1984 et y fait travailler environ 20 000 personnes.

Burundi : Plainte pour exécutions extrajudiciaires

2014-06-30, Numéro 331

L’Association pour la protection des droits humains et des personnes détenus (Aprodh), Forsc et Trial, toutes proches des enfants de l’élite de l’ancienne dictature des Bahima burundais (Micombero, Bagaza, Buyoya), qui a fait en 4 décennies, de 1965 à 2005, plus de 4,5 millions de victimes parmi les Bahutu Barundi, viennent de porter plainte auprès de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuple (institution de l’Union Africaine) contre l’Etat du Burundi (aujourd’hui gouverné à majorité par des Bahutu Barundi) pour des cas d’exécutions extrajudiciaires qui auraient été commises entre 2010 et 2012 au Burundi. Ces organisations de la société civile disent que cette plainte est dictée par l’esprit louable de vouloir défendre les Droits de l’homme au Burundi et par une envie d’interpeller le pouvoir burundais sur ces cas précis d’exécutions extrajudiciaires.

Centrafrique : Un rapport accablant présenté par la FIDH

2014-06-30, Numéro 331

Le conflit en République centrafricaine aurait fait plus de 3000 morts, plusieurs milliers de blessés et des centaines de victimes de crimes sexuels. Ce bilan est révélé dans le rapport de la Fédération internationale des ligues des Droits de l’homme (Fidh). Le rapport, un document de 87 pages intitulé ‘‘Ils doivent tous partir ou mourir’’, a été présenté mardi 24 juin, simultanément à Naïrobi, à Paris, à La Haye où est implantée la Cour pénale internationale. Pour le président de la Ligue des Droits de l’homme, des actions devront être faites dans le cadre de la poursuite devant les instances judiciaires.

Erythrée : L'ONU ouvre une enquête sur les violations des droits de l'Homme

2014-06-30, Numéro 331

Le Conseil des Droits de l'homme de l'Onu a ouvert vendredi 27 juin une enquête sur les violations massives des Droits de l'homme par les autorités en Erythrée, petit pays fermé de la Corne de l'Afrique. Les enquêteurs devront publier leurs premières conclusions et recommandations lors de la 28e session du Conseil, en février/mars 2015. Le texte a été adopté sans vote, mais la Chine, le Pakistan, le Venezuela et la Russie ont indiqué qu'ils "se dissociaient du consensus". Le représentant érythréen, Teestamicael Gehrahtu, a jugé "inacceptable" la résolution, défendant "l'harmonie, le progrès, la paix et la stabilité qui règnent" selon lui dans son pays. Il a par ailleurs accusé l'Ethiopie d'avoir œuvré en faveur de la résolution afin de maintenir la pression internationale et les sanctions de l'Onu à l'encontre de l'Erythrée.

Global : L’ex-président libérien Taylor demande à purger sa peine au Rwanda

2014-06-22, Numéro 331

L'ex-président libérien Charles Taylor, condamné en 2012 à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité en Sierra Leone et incarcéré en Angleterre, a demandé à être transféré au Rwanda pour se rapprocher de sa famille, a annoncé jeudi 19 juin son avocat. Charles Taylor, condamné pour crimes contre l'humanité commis pendant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2002), avait été transféré le 15 octobre 2013 des Pays-Bas vers la prison de Frankland, un centre pénitentiaire de haute sécurité près de Durham (nord-est de l'Angleterre). "Depuis huit mois qu'il se trouve au Royaume-Uni, il n'a reçu aucune visite de sa femme et de ses enfants", avait affirmé l'un de ses avocats. Les officiers britanniques de l'immigration bloquent "les visites de sa famille car ils craignent qu'elle ne rentre pas au Liberia", avait-il dénoncé.

Guinée Equatoriale : Teodorin Obiang perd son procès en diffamation

2014-06-30, Numéro 331

Teodorin Obiang, fils du président de Guinée équatoriale, a perdu jeudi 26 juin son procès en diffamation contre le président de l'Ong Transparency international France, Daniel Lebègue, qui a été relaxé par le tribunal correctionnel de Paris. M. Lebègue était poursuivi par M. Obiang pour une interview publiée le 16 février 2012 dans « le Parisien », au moment d'une spectaculaire saisie du mobilier d'un immeuble de l'avenue Foch à Paris, dans une enquête portant notamment sur le patrimoine du président équato-guinéen. Le président de l'Ong anticorruption y affirmait notamment que Teodorin Obiang, vice-président de la Guinée équatoriale, achetait biens immobiliers et voitures

Kenya : Le gouverneur de Lamu arrêté en lien avec les attaques sur la côte

2014-06-30, Numéro 331

ssa Timamy, gouverneur de Lamu a été arrêté mercredi 25 juin et a été déféré le jeudi 26 juin devant un tribunal, a indiqué le chef de la brigade criminelle de la police kényane. Les 15 et 16 juin, une soixantaine de personnes ont été tuées dans la localité de Mpeketoni, puis dans un village proche, par une cinquantaine d'hommes armés. Au moins cinq personnes ont également été tuées dans la nuit de lundi à mardi dans la même zone.

Précédent | 1-30 | 31-60 | 61-90 | 91-120 | 121-150 | 151-180 ... Suivant

ISSN 1753-6839 Pambazuka News English Edition http://www.pambazuka.org/en/

ISSN 1753-6847 Pambazuka News en Français http://www.pambazuka.org/fr/

ISSN 1757-6504 Pambazuka News em Português http://www.pambazuka.org/pt/

© 2009 Fahamu - http://www.fahamu.org/