Ibrahima Ndiaye

A un an de la présidentielle qui se tient en février 2012, l’opposition sénégalaise peine à s’accorder sur la stratégie à suivre. Pour l’heure, un seul dénominateur commun l’anime : il faut faire partir Wade. Au-delà, les positions ont du mal à s’accorder sur l’idée d’une candidature unique ou non, ainsi que sur la gestion d’une éventuelle transition en cas de défaite du régime actuel.