Aline Murin-Hoarau

Guled

Si les violences faites aux femmes sont tant ancrées dans les mentalités, c’est parce qu’elles reposent sur des rapports de domination sociale et de discrimination raciale qui, dans l’histoire, a laissé peu d’espaces de liberté aux femmes. Au sortir d’une rencontre au niveau des pays de l’océan Indien, Aline Murin-Hoarau souligne que pour combattre ce phénomène et «agir sur les mentalités et les actes qui en découlent, la connaissance de son histoire est aussi incontournable».